Actualités

13 décembre 2017

Les Suissesses et les Suisses en bonne position en comparaison européenne

L’alimentation et l’exercice physique sont des thèmes qui accompagnent les Suissesses et les Suisses au quotidien. Ce n’est pas tout: la population suisse connaît son sujet. 82 % des Suissesses et des Suisses se sentent bien ou très bien informés sur ces deux thèmes auxquels ils accordent en toute logique une grande importance. Et les résultats sont là: les Suissesses et les Suisses tirent bien leur épingle du jeu pour ce qui est du surpoids en comparaison européenne.

Avoir une ali­men­ta­tion équili­brée est très ou plutôt impor­tant pour 91 % des Suissess­es et des Suiss­es. 88 % des per­son­nes en âge de vot­er esti­ment qu’il est très ou plutôt impor­tant d’avoir une activ­ité physique suff­isante. Tels sont les chiffres impres­sion­nants du sondage «Ali­men­ta­tion et activ­ité physique» 2017, qua­trième du nom, mené par gfs.bern.

Il n’est dès lors guère éton­nant que la Suisse soit aus­si un pays svelte. En Grande-Bre­tagne, pas moins de 22 % de la pop­u­la­tion est en sérieux sur­poids. En Suisse la pro­por­tion est de seule­ment 10,3 %.

Source : graphique réal­isé sur la base des don­nées des Sta­tis­tiques de l’OCDE sur la san­té 2014

 

Les fab­ri­cants pren­nent leurs respon­s­abil­ités

Ils pro­duisent des bois­sons de qual­ité
Les Suissess­es et les Suiss­es appré­cient. Ils don­nent la préférence à des pro­duits de qual­ité et sont con­va­in­cus que le secteur des bois­sons con­tribue grande­ment à une ali­men­ta­tion équili­brée par la qual­ité et la diver­sité de ses pro­duits.

Ils veil­lent à pro­pos­er une grande diver­sité de pro­duits
Aujourd’hui, cha­cun choisit l’éventail de bois­sons qui lui con­vient pour son bien-être. Aus­si la branche pro­pose-t-elle pour toute bois­son ou presque une vari­ante zéro calo­rie ou pau­vre en calo­ries, ou des alter­na­tives fonc­tion­nelles. Les clients sont infor­més de manière trans­par­ente et claire de la valeur nutri­tive et des ingré­di­ents des bois­sons. Par­al­lèle­ment, les fab­ri­cants de bois­sons s’engagent con­stam­ment pour abaiss­er le nom­bre de calo­ries de leur porte­feuille de pro­duits. Coca-Cola a par exem­ple réduit de près de 19 % les calo­ries moyennes dans son porte­feuille de pro­duits depuis 2006.

Qui con­tribue à un mode de vie sain?
Les per­son­nes en âge de vot­er esti­ment que dif­férents acteurs con­tribuent dans une mesure vari­able au style de vie sain des Suissess­es et des Suiss­es. Il ressort toute­fois claire­ment du sondage «Ali­men­ta­tion et activ­ité physique» de gfs.bern que le con­som­ma­teur est l’acteur qui apporte la plus grande con­tri­bu­tion.

Mais la pop­u­la­tion en âge de vot­er estime aus­si que d’autres acteurs doivent con­tribuer à ce que les Suissess­es et les Suiss­es se nour­ris­sent de manière équili­brée et aient une activ­ité physique suff­isante. Elle pense par exem­ple que l’école a une grande respon­s­abil­ité. C’est aus­si l’avis d’Ida Glanz­mann, con­seil­lère nationale PDC et mem­bre du comité du Groupe d’information Bois­sons rafraîchissantes: «À mes yeux, la prin­ci­pale mesure con­siste à ne couper en aucun cas dans les cours d’économie ménagère. Je ne con­teste pas que l’école doive dis­penser des cours de math­é­ma­tiques et de langues. Mais il faut aus­si trans­met­tre des con­nais­sances dont les enfants ont besoin pour vivre.»

 

Pour de plus amples infor­ma­tions