Actualités

13 décembre 2017

Les Suissesses et les Suisses en bonne position en comparaison européenne

L’alimentation et l’exercice physique sont des thèmes qui accom­pa­g­nent les Suissess­es et les Suiss­es au quo­ti­di­en. Ce n’est pas tout: la pop­u­la­tion suis­se con­naît son sujet. 82 % des Suissess­es et des Suiss­es se sen­tent bien ou très bien infor­més sur ces deux thèmes aux­quels ils accor­dent en toute logique une grande impor­tance. Et les résul­tats sont là: les Suissess­es et les Suiss­es tirent bien leur épin­gle du jeu pour ce qui est du sur­poids en com­para­ison européen­ne.

Avoir une ali­men­ta­tion équili­brée est très ou plutôt impor­tant pour 91 % des Suissess­es et des Suiss­es. 88 % des per­son­nes en âge de voter esti­ment qu’il est très ou plutôt impor­tant d’avoir une activ­ité physique suff­isan­te. Tels sont les chiffres impres­sion­nants du sondage «Ali­men­ta­tion et activ­ité physique» 2017, qua­trième du nom, mené par gfs.bern.

Il n’est dès lors guère éton­nant que la Suis­se soit aus­si un pays svel­te. En Grande-Bre­tag­ne, pas moins de 22 % de la pop­u­la­tion est en sérieux sur­poids. En Suis­se la pro­por­tion est de seule­ment 10,3 %.

Source : graphique réal­isé sur la base des don­nées des Sta­tis­tiques de l’OCDE sur la san­té 2014

 

Les fab­ri­cants pren­nent leurs respon­s­abil­ités

Ils pro­duisent des bois­sons de qual­ité
Les Suissess­es et les Suiss­es appré­cient. Ils don­nent la préférence à des pro­duits de qual­ité et sont con­va­in­cus que le secteur des bois­sons con­tribue grande­ment à une ali­men­ta­tion équili­brée par la qual­ité et la diver­sité de ses pro­duits.

Ils veil­lent à pro­poser une grande diver­sité de pro­duits
Aujourd’hui, cha­cun choisit l’éventail de bois­sons qui lui con­vient pour son bien-être. Aus­si la branche pro­pose-t-elle pour toute bois­son ou presque une vari­ante zéro calo­rie ou pau­vre en calo­ries, ou des alter­na­tives fonc­tion­nelles. Les clients sont infor­més de manière trans­par­ente et claire de la valeur nutri­tive et des ingré­di­ents des bois­sons. Par­al­lèle­ment, les fab­ri­cants de bois­sons s’engagent con­stam­ment pour abais­ser le nom­bre de calo­ries de leur porte­feuille de pro­duits. Coca-Cola a par exem­ple réduit de près de 19 % les calo­ries moyen­nes dans son porte­feuille de pro­duits depuis 2006.

Qui con­tribue à un mode de vie sain?
Les per­son­nes en âge de voter esti­ment que dif­férents acteurs con­tribuent dans une mesure vari­able au style de vie sain des Suissess­es et des Suiss­es. Il ressort toute­fois claire­ment du sondage «Ali­men­ta­tion et activ­ité physique» de gfs.bern que le con­som­ma­teur est l’acteur qui apporte la plus grande con­tri­bu­tion.

Mais la pop­u­la­tion en âge de voter estime aus­si que d’autres acteurs doivent con­tribuer à ce que les Suissess­es et les Suiss­es se nour­ris­sent de manière équili­brée et aient une activ­ité physique suff­isan­te. Elle pense par exem­ple que l’école a une grande respon­s­abil­ité. C’est aus­si l’avis d’Ida Glanz­mann, con­seil­lère nationale PDC et mem­bre du comité du Groupe d’information Bois­sons rafraîchissan­tes: «À mes yeux, la prin­ci­pale mesure con­sis­te à ne couper en aucun cas dans les cours d’économie ménagère. Je ne con­teste pas que l’école doive dis­penser des cours de math­é­ma­tiques et de langues. Mais il faut aus­si trans­met­tre des con­nais­sances dont les enfants ont besoin pour vivre.»

 

Pour de plus amples infor­ma­tions