Actualités

5 octobre 2020

Non à un impôt sur le sucre, non à une injustice sociale

La population suisse estime qu’un impôt sur le sucre est une forme d’injustice sociale et le rejette au motif qu’il grève plus lourdement le budget des ménages à revenus modestes. Il encouragerait par ailleurs encore plus le tourisme d’achat. Pour les Suissesses et les Suisses, il est plus important que le gens soient bien informés sur les questions touchant à l’alimentation et l’activité physique. La responsabilité individuelle est la clé du succès.

 

L’essentiel en bref

  • 75 % des Suissess­es et des Suiss­es sont d’avis qu’un impôt sur le sucre est sociale­ment injuste.
  • Un impôt sur le sucre est rejeté par 70 % de la pop­u­la­tion en âge de vot­er.
  • Seuls 23 % pensent qu’un impôt sur les den­rées ali­men­taires qui con­ti­en­nent du sucre, du sel ou des graiss­es peut influer sur la con­som­ma­tion.
  • L’État et l’économie promeu­vent ensem­ble une ali­men­ta­tion équili­brée et une con­som­ma­tion respon­s­able par la sen­si­bil­i­sa­tion et l’information.
  • Les résul­tats sont là : 72 % des Suissess­es et des Suiss­es se sen­tent bien infor­més sur les ques­tions d’alimentation.

 

Quelles ten­dances se dessi­nent ?

Ces dernières années, les Suissess­es et les Suiss­es se sont forgé une opin­ion tranchée con­cer­nant un impôt sur le sucre : 70 % la rejet­tent. La part de la pop­u­la­tion qui refuse ce genre d’intervention de l’État se main­tient à un haut niveau.

La thé­ma­tique « ali­men­ta­tion et activ­ité physique » reste un gros cen­tre d’intérêt : 77 % des per­son­nes en âge de vot­er déclar­ent s’y intéress­er et 72 % se sen­tent tou­jours bien infor­més sur le sujet. En out­re, 81 % des Suissess­es et des Suiss­es jugent que leur ali­men­ta­tion est équili­brée.

Une majorité (75 % de la pop­u­la­tion) pensent qu’un impôt sur le sucre désa­van­tagerait les per­son­nes à revenu mod­este.

 

Un impôt sur le sucre frappe plus lour­de­ment les ménages à revenu mod­este

L’introduction d’un impôt sur le sucre impacterait surtout les ménages à revenus mod­estes, car les aug­men­ta­tions de prix alour­di­raient encore leurs charges. C’est pourquoi 75 % des Suissess­es et des Suiss­es esti­ment qu’un tel impôt serait sociale­ment injus­tice.

 

L’action con­jointe de l’État et de l’économie fonc­tionne très bien.

L’action con­jointe de l’État et du secteur privé con­tin­ue de très bien fonc­tion­ner, surtout dans le domaine de l’information et de la préven­tion. Ce sys­tème mise sur les déci­sions infor­mées et respon­s­ables des con­som­ma­teurs. La per­son­ne qui souhaite de temps en temps s’accorder un rafraîchisse­ment con­tenant un peu plus de sucre doit pou­voir se faire ce plaisir. Ain­si, cha­cun doit pou­voir décider libre­ment quand s’accorder une bois­son pétil­lante.

 

Pour en savoir plus

Sondage Ali­men­ta­tion et activ­ité physique, gfs.bern, 2020, rap­port final (PDF, en alle­mand)